Linux sur Mac Pro Xeon 2006 et 2007

Le dernier OS d’Apple pour ces magnifiques mac pro est Lion, autant dire que pas grand chose ne peut fonctionner aujourd’hui, à commencer par la navigation sur le web avec safari ou avec la dernière version de firefox disponible pour cet ancien OS.

Pour Apple qui a vendu ces machines, l’affaire est classée, il faut tourner la page et acheter un nouvel ordinateur. C’est se moquer des clients car ce Mac peut faire tourner des OS récents comme Ubuntu 18.04 ou Windows 10, qui reconnaissons le ne sont pas spécialement développés pour ce Mac. Dès lors comment comprendre qu’un Mac OS récent soit impossible à installer ?

L’idée est donc de redonner vie à ce mac en installant un OS récent et de montrer à ceux qui en doutent qu’Apple laisse tomber des machines qui pourraient encore fort bien fonctionner.

Mon vieux Mac Pro

• Mise à jour Mac OS

Il existe tout d’abord la mise à jour avec El Capitan pour ces Mac (forums.macrumors.com). C’est possible, mais il y a des contraintes importantes comme celui d’avoir une carte graphique adaptée. J’avais une ATI 1900xt et l’affichage n’était pas fluide du tout. En installant une ATI Radeon HD 5770 c’est parfait, mais il faut éviter les mises à jours système (donc il faut installer la dernière version 10.11.6, et ne faire aucune mise à jour. Il n’est pas non plus possible de désactiver le SIP car ce mac avec El Capitan ne peut booter en mode recovery). En plus, El Capitan est sorti en septembre 2015, il commence à être assez vieux (bientôt beaucoup de logiciels ne fonctionneront plus avec ce système). Il faut donc envisager d’autres solutions que Mac OS.

• Installation Linux (mode Legacy)

Il est possible, et assez facile, d’installer des versions de Linux adaptées à ce mac particulier (il est en 64 bits, mais l’EFI en 32 bits alors que pour les Mac plus récents tout est en 64 bits). Ces versions de Linux fonctionnent très bien mais l’installation de ces versions de Linux se fait en mode legacy et non en EFI. Or, le fait de booter en legacy rend inutilisable deux ports SATA de la carte mère (https://www.youtube.com/watch?v=pkLylsH-gE8) cachés sous le ventilateur (il en reste tout de même 4 utilisables en plus des deux ports IDE).

Pour l’installation, il faut récupérer une image du disque d’installation .iso et la graver avec Etcher sur un dvd ou sur un disque IDE (qu’on peut installer momentanément à la place du superdrive). Il est impossible de booter ces images disques sur une clé usb ou sur un support firewire.

L’installation se fait normalement pour Ubuntu. Avec la version 18.04, il faut créer une partition bios grub (1M°) et une partition racine (en ext4 avec point de montage « / »). Avec la version 16.04 et précédentes, il est nécessaire de créer de partition swap (un peu plus de la taille de la ram. Ces partitions peuvent être à côté d’une partition Mac Os et de sa partition EFI ou sur le disque entier. Je pense qu’il est intéressant de mettre les deux OS sur un même petit SSD.

Il existe des utilitaires intéressants pour gérer le démarrage lorsque plusieurs OS sont installés : j’utilise refind mais il y a aussi refit.

Ces versions 32/64bits (j’ai essayé avec Ubuntu 18.04, c’est parfait) existent dans toutes les distributions classiques (Ubuntu, Mint, Debian, Fedora, openSUZE, Lubuntu…) mais aussi pour des distributions plus spécialisées : Kali Linux, Arch Linux, Raspberry Pi… Elles sont téléchargeables sur mattgadient.com.

Mes derniers essais m’ont conduit à installer Lubuntu ou Xubuntu. Ils sont plus légers qu’Ubuntu et la dernière version (22.04) fonctionne à merveille sur ces vieux Mac (idem sur les premiers Imac Core 2 duo).

Ubuntu 18.04 de mattgadient.com sur le Mac Pro

• Installation linux (mode EFI)

Il est possible d’installer linux en mode EFI, la méthode se trouve ici. J’ai installé avec succès Debian 8 ou Ubuntu 17. On trouve divers essais ici ou par exemple. Par contre toutes les versions ne s’installent pas (lors de l’installation, il y a une erreur au moment de l’installation du programme de démarrage GRUB avec Ubuntu 18 ou Debian 9). Il faut donc installer les versions précédemment mentionnées puis effectuer des mises à jours.

Il faut une clé USB formatée en fat 32 avec une table de partition GUID (sur Mac avec « Utilitaire disque », sur Ubuntu avec « GParted ») puis télécharger le fichier « Ubuntu 17 en EFI, 6e entrée « Ubuntu » efi.zip » le décompresser et copier le dossier « EFI » et son contenu sur la clé (le « EFI » doit être en majuscule et non en minuscules « efi »).

Attention, la version 17 utilisée n’est pas LTS si bien qu’aujourd’hui la procédure échoue à télécharger les paquets de cette version et donc à installer Ubuntu. Il faudrait renouveler les tests jusqu’à trouver une version, si possible LTS, avec laquelle cela fonctionne.

Formatage de la clé avec Utilitaire de disque

Ensuite il faut démarrer le Mac Pro sur la clé en EFI soit en maintenant la touche « alt » (ou « option ») dès le démarrage soit en attendant que refind trouve la clé (s’il a été installé évidemment). Le fait de sélectionner l’EFI de la clé va langer le menu GRUB. Dans le menu alors proposé, il faut choisir la 5e entrée pour Ubuntu 17 et valider. On obtient l’écran ci-dessous durant environ 5 minutes, l’installateur se charge.

Chargement de l’installateur (c’est long, environ 5mn).
Ensuite ça s’active !
Et on arrive au début de l’installation.

L’installation ne pose pas de problème particulier. J’ai choisi l’iso « signed-linux-generic » et divers logiciels de video, son… Ensuite il faut redémarrer. Avec refind on obtient ceci :

Menu de refind qui a détecté la nouvelle EFI d’Ubuntu en plus de celle de Mac OS

Lancer Ubuntu et on arrive sur le Grub :

Menu de GRUB, avec l’entrée « Ubuntu » sélectionnée

Il ne faut pas lancer « Ubuntu » aussitôt sinon on arrive à un écran noir. Il faut éditer l’entrée Grub « Ubuntu » : Se mettre sur l’entrée « Ubuntu » (ou « Debian »…) et cliquer sur « e » pour l’éditer.

Edition de l’entrée « Ubuntu »

Une fois l’entrée éditée, sur l’avant dernière ligne supprimer la fin : « quiet splash » et remplacer par : « nomodeset noefi » pour une carte comme l’ATI 1900XT (pour des cartes comme l’ATI HD 5770 ou la R9 280X il suffit d’ajouter « noefi »).

Entrée « Ubuntu » modifiée pour le premier démarrage.

Démarrer (avec « F10 » sur clavier PC, sur clavier Mac ça ne marche pas), Linux se lance. Il faut ensuite rendre ces modifications de l’entrée Grub permanentes avec le Terminal une fois qu’Ubuntu (ou Debian…) sont lancés :

  • Dans Terminal taper et valider : sudo gedit /etc/default/grub (attention à l’espace après gedit
  • Donner le mot de passe
  • Une fenêtre s’ouvre avec le contenu du fichier grub
  • trouver la ligne : GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT= »quiet splash »
  • replacer : « quiet splash » par « nomodeset noefi » (comme indiqué précédemment, pour des cartes comme l’ATI HD 5770 ou la R9 280X il suffit d’ajouter « noefi »).
  • Enregister et fermer la nouvelle fenêtre.
  • Dans Terminal taper et valider : sudo update-grub
  • On peut vérifier que le changement est effectif en tapant la première commande
Terminal et édition du fichier grub.cfg
Modification du fichier grub.cfg

Pour la mise à jour Ubuntu c’est simple, elle sera proposée par le système (il faut cliquer sur choisir « Mise à niveau » et non « Valider », mais pour Debian, j’ai suivi ces indications.

Mise à jour proposée après l’installation d’Ubuntu.


Ubuntu 18.04 sur ce vieux mac abandonné par Apple

Avec cette installation, j’ai d’abord rencontré des problèmes de mise en veille, sinon, elle est parfaitement fonctionnelle (son, wifi, sata, ide, firewire, usb…). Des problèmes de mise en veille résolus avec une carte graphique plus récente. Cependant il est possible de transformer le démarrage EFI en legacy de manière a régler les problèmes veilles (dans ce cas les 2 ports sata cachés ne sont pas reconnus). Mais il est plus simple d’utiliser la méthode précédente (Installer en mode Legacy). Pour passer en mode legacy, j’ai préparé une version de GRUB-REPAIR adaptées à ces Mac. Elle est téléchargeable ici avec les explications relatives à l’utilisation et à l’élaboration de cette version 32bits/64bits de GRUB-REPAIR.

Installer Windows 10

C’est assez incroyable, mais c’est une solution parfaitement envisageable pour ceux à qui Apple à vendu ce beau Mac Pro pour les abandonner ensuite en ne proposant pas de mises à jour. L’OS est téléchargeable sur le site de Microsoft et, si vous souhaitez activer Windows, il y a de nombreux vendeur de clés d’activation sur Ebay. J’ai récemment acheté une clé d’activation pour 1,8$ (1,65€) et, moins de 10 secondes après le paiement PayPal, j’avais un courriel contenant la clé.

Le moyen le plus simple pour installer cet OS me semble être le logiciel Winclone.

Le résultat est tout à fait correct et je compte faire de ce mac une machine pour jouer avec une carte graphique assez puissante comme la R9 280x ou Radeon HD 7970. Les cpu xeon sont vieux, mais ce sont tout de même deux xeons, et pour un usage normal (mail, web, bureautique…) le système est très fluide.

Windows 10 avec une R9 280X sur le Mac pro. Notez les performances OpenCL identiques à celles d’un iMac 27″ de 2017 ! Et encore ici vous pourrez accélérer la carte

Une nouvelle carte graphique sur un vieux mac pro 1.1

Ces Mac pro étaient vendus avec des cartes aujourd’hui obsolètes (NVIDIA GeForce 7300 GT, GeForce 8800 GT, Quadro FX 4500, ATI Radeon X1900 XT). Souvent elles tombent en panne. Il y a d’intéressantes possibilité pour les changer par des cartes plus récentes et qui fonctionneront parfaitement bien sur Mac, Ubuntu ou Windows.

Pour se tirer d’affaire, il faut flasher la rom de la carte, la procédure générale est explicité ici. Ensuite il faut chercher les fichiers adaptés au type de carte. J’ai essayé avec une 5770 et une r9 280x, ça marche assez bien.

J’ai récemment acheté une carte Asus AMD R9 280x pour 50€. Évidemment c’est une carte PC et si elle fonctionne bien avec le mac (avec el capitan, sinon, avec lion une 5770 est préférable), il lui manque le boot screen qui permet de choisir le disque de démarrage, ce qui est plutôt indispensable lorsqu’on souhaite avoir plusieurs OS sur une même machine.

Pour l’Asus R9 280X, j’ai le bootscreen sur port le DVI haut. Ensuite le résultat dépend de l’OS. Avec le mac c’est seulement ce port qui fonctionne, donc il n’y a qu’un écran utilisable. Par contre avec Ubuntu 18 ou Windows 10, 3 ports fonctionnent : HDMI, Display Port et DVI haut. Les performances de la carte sont excellentes (cf les bench en open CL sur l’image précédente).

Avec une MSI R9 280X, le résultat est bien meilleur car après modification de la rom, le bootscreen est présent sur les deux mini DisplayPort et sur le DVI. Il est seulement absent sur l’HDMI.

En suivant les tutoriels, il n’y a pas de véritables difficultés. La procédure consiste à récupérer la rom de la carte, à la modifier et enfin à remplacer la rom d’origine par la version modifiée qui permettra d’afficher le bootscreen). Voici quelques points auxquels il faut faire attention et qui ne sont pas toujours mentionnés dans les autos :

• Il faut veiller à conserver une sauvegarde de la rom d’origine. Il faut récupérer les bonnes versions de FreeDOS et d’Atiflash. J’ai utilisé cette combinaison compatible : FreeDOS 1.0 et Atiflash 417.

• Il faut graver l’image iso FreeDOS 1.0 sur un cd et créer une petite partition (moins de 8G° sinon elle ne sera pas reconnue) msdos sur un disque pour y mettre Atiflash.exe (Atiflash.exe permettra de récupérer en d’enregistrer la rom d’origine sur ce disque et ensuite on y placera la rom modifiée).

• Ensuite il faut enlever les disques durs et ssd du mac car lorsque FreeDOS est lancé il cherche la partition DOS sur laquelle sont Atiflash.exe et la rom. S’il y a beaucoup de partitions, la procédure est longue et finalement FreeDOS se perd. Donc le mieux est d’avoir un disque contenant la petite partition de quelques G° (moins de 8), formatée en msdos et contenant Atiflash.exe.

Publicité

Un commentaire sur “Linux sur Mac Pro Xeon 2006 et 2007

  1. Sur mon MacPro 2006 (flashé en 2008), avec une ATI 5770hd, j’ai découvert qu’on pouvait ajouter OS X dans Grub2. Toutes les instructions « standards » que j’ai vue ne fonctionnent pas, Grub2 n’arrive pas à monter le SSD d’OS X malgré le chargement des modules.

    Par contre, j’ai découvert cette instruction sur le forum Ubuntu, et bien que pas très « orthodoxe », cela fonctionne.

    /etc/grub.d/40_custom

    J’ai rajouté ceci

    menuentry « OS X El Capitan » {
    exit
    multiboot /boot
    multiboot /boot

    }

    (oui il faut dédoubler l’instruction chez moi, sinon on doit repasser 2x dans le menu)

    sudo update-grub

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s